La Fédération France Environnement Languedoc-Roussillon, dont ECCLA est membre, s’élève avec vigueur contre certaines dispositions du projet de loi contre le « séparatisme », qui voit les représentants des lobbies pro-chasse et pro-pesticides tenter de réduire au silence les associations de protection de l’environnement en les privant de subventions et en rendant les dirigeants pénalement responsable de l’action de leurs membres.
Pour consulter l’article complet  :
L’idée est simple. Elle consiste à prétendre que les associations lanceuses d’alerte ou les organisations protestant contre des activités -légales ou illégales- concernant le monde agricole rompent le pacte républicain et ne méritent pas les aides et l’écoute dont elles bénéficient parfois. Et, donc, à les traiter comme de vulgaires officines terroristes.
Dans cette circonstance, force est de constater que le député LREM de Narbonne Alain Péréa, dont l’hostilité à l’égard de l’écologie est bien connue, déploie beaucoup d’efforts pour criminaliser les activités de défense de l’environnement, soi-disant pour « juguler les entraves et les obstructions opposées à l’exercice de certaines activités légales ». Si l’on ajoute à cela la mise en place des cellules DEMETER qui permettent aux syndicats agricoles bienpensants et aux gendarmes de pourchasser les « activistes » défenseurs de l’environnement, tout en fermant les yeux sur les délinquants « en col vert » auteurs de pollutions, d’intimidations, de menaces en tout genre, on se demande qui rompt le pacte républicain ?
Il est urgent de réagir.
Bien que ECCLA ne demande et ne perçoive aucune subvention notre association soutient pleinement l’initiative de FNE.
Pour lire le Communiqué de Presse de FNE-LR et signer la pétition : https://lgrcivi.fne-apne.net/civicrm/mailing/view?reset=1&id=578
Menu