Le CODERST de mars a étudié 3 dossiers liés à la viticulture dont 2 distilleries et une cave.

ECCLA a émis un vote favorable, une abstention et un vote contre.
Vote favorable pour la distillerie d’Arzens qui va diminuer l’impact de ses rejets sur le milieu naturel grâce à un traitement amélioré
Vote d’abstention pour la distillerie de Sigean. 
En fait il s’agit d’une régularisation car la distillerie a massivement accru ses capacités de traitement et de stockages en multipliant par 4 sa production d’alcool et par plus que 20 son stockage d’alcool de bouche ; Ceci date de plusieurs années sans que les demandes nécessaires aient été faites, sachant que tout ceci que le risque incendie est important pour ce type de produit.
Difficile de voter pour une installation qui fonctionne de façon illégale depuis plusieurs années
Difficile de voter contre la régularisation
Vote contre pour l’extension de la cave de Coursan qui passe en enregistrement (un régime intermédiaire entre déclaration et autorisation)
Explication de ce vote ci-dessous :

Position d’ECCLA sur le dossier de la cave de Coursan

ECCLA vote contre cet arrêté préfectoral pour les raisons suivantes :

  • Cette cave est enserrée en plein cœur du village, entourée de maisons sur les 4 côtés, située en zone inondable rouge, il ne paraît pas raisonnable de multiplier par deux et même plus (de 80.000hl à 180.000hl) sa capacité.
  • Cet accroissement provoque des files d’attentes considérables, très supérieures à ce qu’elles étaient auparavant, d’où un accroissement des nuisances qui démarrent tôt le matin
  • le précédent arrêté préfectoral de 2012 demandait une étude acoustique et une étude olfactive. Si la première a été faite, la seconde ne l’a pas été. Or cet arrêté ne reprend pas l’étude olfactive et par ailleurs annule tous les arrêtés antérieurs. Donc l’étude olfactive a tout simplement disparu. Il suffit de ne pas respecter les prescriptions pour qu’on vous les retire…
  • L’étude acoustique met en évidence des dépassement très importants
    • coté Ouest, le bureau d’étude proposent de compléter un mur, mais en zone rouge d’inondation, la DDTM refuse des obstacles sur l’écoulement des crues
    • coté Sud, les mesures ont été faites avec le portail sud fermé. Or ce portail est toujours ouvert, donc les nuisances réelles sont bien plus importantes que celles mesurées qui montrent déjà de forts dépassements. Il semble que ce portail reste ouvert pour évacuer les gaz.
    • sans compter que l’étude n’a pas mesuré entre 17h et 20h, périodes où les machines à vendanger viennent se nettoyer
    • l’étude s’est faite avec une journée de vins blancs (2 quais ouverts au lieu de 4)
  • Du coup l’arrêté préfectoral précise seulement que l’exploitant doit régler le problème, mais on ne sait pas comment
  • Par ailleurs, l’association des riverains demandent un comité de suivi de site pour vérifier la mise en œuvre des prescriptions, ce qui n’est pas dans l’arrêté.

En conséquence, si les riverains ont longtemps accepté les nuisances quand elles étaient limitées, l’accroissement de capacité dans un endroit totalement inadapté les rend de plus en plus inacceptables.

Pour toutes ces raisons ECCLA vote contre cet arrêté et l’accroissement qu’il prévoit.

Menu