L ‘Aude marche à l’envers :

  • L’Aude exporte les 30.000 tonnes de déchets de l’ouest audois, qui font plusieurs dizaines de kilomètres pour aller se faire incinérer à Toulouse car l’incinérateur fait un prix intéressant. Normal ! Quand un incinérateur ne fonctionne pas à plein, il casse les prix car il fonctionne mieux à pleine puissance, c’est pourquoi un incinérateur est un ” aspirateur à déchets “
  • Les autres déchets de l’ouest audois viennent se faire enterrer à Narbonne. La capacité annuelle autorisée de la décharge Lambert est de 190.000 tonnes. Le site a une durée prévisible de l’ordre de 5 ans sur la base du rythme actuel d’enfouissement. On pourrait penser utile de diminuer ce tonnage pour faire durer la décharge car il sera très difficile d’en créer des nouvelles. Mais Sita Sud compte profiter au maximum de l’arrêté en cours.
  • Les 30.000 tonnes qui partent à Toulouse venaient auparavant se faire enterrer à Narbonne. Du coup, Sita Sud considère qu’elle ” perd ” 30.000 tonnes et est prête à n’importe quoi pour les récupérer. Elle vient de répondre à un appel d’offres de Marseille-Provence-Métropole et envisage d’importer des déchets pour les trier, en particulier le papier. Plus drôle, elle nous garantit que les rebuts de tri retourneront à Marseille (250 kms aller / 250 kms retour). On ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer.
  • La DRIRE et la Préfète ont dû donner un accord pour cette opération. On croyait pourtant que le principe de traitement de proximité était un des fondements pour les déchets ménagers non dangereux. Peut-être qu’en ces périodes de mondialisation, la proximité se compte en centaines de kms !
  • Dernier épisode : on pourrait se féliciter que soit enfin envisagée l’ouverture d’un centre d’enfouissement dans l’ouest audois (4ème tentative depuis 1990 et toujours en instance). Le centre de Narbonne ” a droit à 190.000 tonnes ” et le centre de l’ouest ” est prévu pour 110.00 tonnes “, soit un total de 300.000 tonnes ! Or à l’horizon 2017, le Plan Départemental prévoit un gisement d’un peu moins de 300.000 tonnes de déchets ! Comme il faudra en recycler 45%, il restera 165.000 tonnes à enfouir. L’Aude va t- elle devenir la poubelle des départements voisins, voire bien plus loin ? Une fois de plus, le principe de proximité sera mis à mal.

Pour ECCLA, il n’y a qu’une solution intelligente :

  1. Gérer dans le bon sens en respectant les priorités suivantes : réduire autant que possible la quantité de déchets à la base, réemployer les objets (réparation, consigne pour les bouteilles, etc….), améliorer le tri pour mieux recycler (matériaux, emballages, etc.), trier à part les fermentescibles pour les traiter par méthanisation et / ou compost, et finalement enfouir le reste qui ne devrait être que des déchets ultimes selon la règlementation en vigueur. Les enfouir en respectant le principe de proximité, donc deux centres dans l’Aude, mais de plus petites tailles (160 à 180.000 tonnes à répartir sur les deux centres). Lambert doit donc voir sa capacité de stockage diminuer et rapidement pour que le centre dure, tel qu’il est sans extension.

Narbonne, le 03/12/09

Contact : 04 68 41 26 79

Menu