Narbonne, le 17 Octobre 2012

Rappelons que Comurhex est l’entreprise de Narbonne qui accueille un quart de l’uranium mondial sous forme de concentrés miniers. Trois actualités importantes pour cette usine :

l’autorisation d’augmenter de 50% la capacité de production
l’approbation du PPRT qui réglemente l’urbanisation à proximité de l’usine
une réunion préparatoire pour constitution d’une CLI (commission locale d’information) nucléaire car la partie des déchets nucléaires qui va être enfouie sur le site (définitivement ?) est déclarée ” installation nucléaire de base ”
Accroissement de la capacité de production

Cette usine vient d’obtenir l’autorisation de passer de 14.000 tonnes d’uranium par an à 21.000 tonnes par an. L’autorisation date de début août et l’arrêté préfectoral est disponible en ligne :

http://cedric-dgpr.developpement-durable.gouv.fr/recherche/document.aspx?documentId=98c6e0a8-05ad-4aaa-b205-bb004a510afc

Plan de prévention des risques technologiques

En plus de la radioactivité, cette usine manipule des produits chimiques dangereux qui relèvent de la directive SEVESO (seuil haut), directive qui concerne les installations les plus dangereuses en Europe (environ 600 installations pour la France). Elle est aussi, de par la loi dite ” AZF ” , loi qui a fait suite à l’accident d’AZF à Toulouse, soumise à un contrôle de l’urbanisation existante et à venir autour de l’usine. Ce contrôle s’exerce à travers le plan de prévention des risques technologiques ou PPRT. Celui-ci vient d’être approuvé par l’arrêté préfectoral en date du 26 août 2012. Le PPRT est consultable en ligne :

http://www.languedoc-roussillon.developpement-durable.gouv.fr/pprt-comurhex-a761.html

Bientôt une CLI nucléaire

Enfin, comme cette usine a traité jusqu’en 1983 de l’uranium qui avait été dans un réacteur nucléaire, il y a des résidus de produits radioactifs produits dans un réacteur, en particulier dans les bassins B1 et B2. Du coup, ces 2 bassins vont devenir ” installation nucléaire de base ” et être gérés par l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire). Il devra donc y avoir autour de Comurhex une commission Locale d’Information Nucléaire. Une première réunion de préfiguration vient d’avoir lieu le 25 septembre 1012.

Et si ces documents vous paraissent complexes et que vous avez quelques questions à poser, vous pouvez le faire à l’adresse d’ECCLA : http://eccla.free.fr/

Menu