Malgré la pression des écologistes et des habitants de La Franqui, les Méditerranéennes se sont déroulées sur ce site superbe, mais parfaitement inadapté à ce genre de manifestation en plein cœur du mois d’août, quand la station connaît déjà de nombreuses difficultés d’hébergement, de circulation et avec tous les risques d’incendie liés à la pinède toute proche.

Sur le plan environnemental, la situation a été moins difficile que prévue pour une raison très simple. A peine la moitié du public attendu est finalement venu. La pression écologiste a permis quelques avancées comme la signature d’une charte environnementale ou… des gobelets consignés plutôt que jetables. Tout ceci n’a pas empêché le WWF de se retirer de cette opération au vu de la fragilité du lieu.

Quant aux habitants qui connaissent bien leur ” écrin “, ils ont été plus de 250 à signer une pétition pour demander que ce festival se tienne ailleurs sur la commune de Leucate, par exemple à la Corrège qui a été construit spécialement pour accueillir ce type d’événement. Nous tenons ces pétitions à la disposition du Préfet.

Pour les commerçants, la situation est carrément paradoxale. Alors que ce genre de manifestation a comme objectif de dynamiser l’activité économique, le blocage de la station pendant plus de 10 jours les a carrément perturbés et ils ont été finalement nombreux à perdre du chiffre d’affaire.

Au vu de ce bilan, ECCLA demande instamment à la mairie comme au Préfet de ne pas risquer une seconde manifestation de ce genre à La Franqui.

Qu’il soit permis aux amoureux du site d’y croire puisque Monsieur le Maire a déclaré que La Franqui ne ” méritait pas les Méditerranéennes “.

ECCLA propose donc à Monsieur le Maire, un divorce à l’amiable et la célébration d’un nouveau mariage avec La Corrège. Le public pourrait peut-être être au rendez-vous cette fois-ci…

Narbonne, le 13 septembre 20 07

Menu