Décidément rien n’y fait : nos courriers répétés aux autorités compétentes (Préfecture, Sous-Préfecture, DIREN, SDIS, etc) sont restés lettres mortes. Pas de réactions de la part du WWF, caution environnementale de ce festival censé attirer 20.000 personnes, ni du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise ! Juste une lettre ” rassurante ” de Monsieur Py, maire de Leucate et une pseudo consultation avec la société de production, restée sans suite.

Pourtant l’enjeu est de taille au double point de vue de l’environnement et de la sécurité. Rappelons tout d’abord que nous ne nous opposons pas à ce festival en tant que tel, mais à sa tenue à La Franqui en pleine saison touristique, début août. La commune de Leucate dispose d’un site particulièrement adapté à ce type de manifestation, La Corrège, à Port Leucate, bien mieux sécurisé. Pourquoi n’est-il pas utilisé ?

Les risques sur le plan de l’environnement :

La Franqui est un site unique, donc fragile. Son plateau est dans un site protégé, Natura 2000, comme d’ailleurs l’étang de La Palme. La plage des Coussoules est dans une zone protégée pour les oiseaux et de plus dans une ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt environnemental floristique et faunistique). La Franqui est en effet un site d’exception, ” un écrin entre lagunes et pins centenaires “, mais vouloir l’utiliser à tort et à travers est une erreur majeure qui risque de le détruire et de mettre sa population et ses visiteurs en réel danger.

Sur le plan de la sécurité  :

La Franqui est un cul-de-sac desservi par deux routes en sens unique, le site est ” blotti ” dans une pinède hautement inflammable. Si un feu venait à se propager, comment évacuer rapidement et sans panique 20.000 personnes ? Sans compter que La Franqui est une station familiale, avec des personnes âgées invalides, des enfants en bas âge ! Et surtout, cette station n’est pas seulement un front de mer ! Si le feu se propage, les habitants vivant dans la partie haute seront inexorablement bloqués.

Et quels hébergements, quels parkings?

Enfin, à cette époque de l’année, toutes les structures d’accueil affichent complets, le camping sauvage sur la falaise et la plage des Coussoules est interdit, comment recevoir 20.000 personnes dans des conditions acceptables tant sanitaires que d’hébergement ? Comment empêcher qu’elles ne s’éparpillent dans les zones protégées ? Où mettre les voitures des 20.000 personnes ?

ECCLA lance un nouvel appel aux autorités compétentes : un important danger de sécurité publique et environnement est là et bien réel. Un autre site sans danger existe sur la même commune. Le festival DOIT être déplacé. Le principe de précaution a été inscrit dans la constitution à travers la charte de l’environnement. Il est temps de l’appliquer.

Contact : 04 68 45 79 81 ou 04 68 41 75 78

Menu