” La maison brûle et nous regardons ailleurs “, la formule du Président Chirac est restée fameuse. Dans les Corbières, ce sont 20 hectares de garrigues qui ont brûlé samedi 18 juin suite aux incidents du ” Rallye 4X4 en pays cathare ” (pays cathare décidément mis à toutes les sauces, même les plus nauséabondes).

Depuis des années, ECCLA et tous les écologistes dénoncent ces bolides et leurs compétitions, qui consomment des tonnes de carburants, contribuent lourdement à l’émission de gaz à effet de serre et dégradent de façon évidente le paysage, pour le seul plaisir de quelques mordus de sensations.

Force est de constater que le développement durable reste un beau thème de discours et de colloques, mais que -dans la réalité- les actes vont toujours dans le sens du gaspillage et du non durable. Les organisateurs du Paris-Dakar peuvent être contents : ils ne cessent de faire des émules avec les conséquences que nous voyons…

Deux questions se posent aujourd’hui :

  1. Les organisateurs de ce scandaleux rallye vont-ils payer les frais liés au déploiement de 70 pompiers, 5 canadairs (venus de Marignane), un hélicoptère, etc ?
  2. Quand le Tribunal Administratif de Montpellier va-t-il enfin se décider à juger sur le fond notre recours contre le Dakar 2004 en instance depuis 17 mois ?

En effet, l’inertie de l’Administration ne fait qu’encourager les délinquants à poursuivre leurs méfaits, sans oublier les Collectivités qui subventionnent ces individus avec de l’argent public.

Narbonne, le 21 juin 2005

Contact : 04 68 41 75 78

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu