ECCLA vient de prendre connaissance du rapport du commissaire enquêteur arrivé récemment (fin avril 2013) sur le projet d’extension de la décharge de Lambert.

Les avis favorables et les avis défavorables

Notre première constatation est la proportion importante d’avis défavorables au projet, près de la moitié des personnes et organismes ayant donné un avis s’opposent au projet en l’état.

  • Les avis favorables émanent exclusivement de particuliers et de l’association des opposants à Lassac. Leur argumentaire porte essentiellement sur la compétence de SITA Sud et les emplois.
  • Les avis défavorables émanent de particuliers, mais aussi d’associations de riverains (avec une pétition de plus de 600 signatures), de 3 associations d’environnement qui se sont exprimées (SPN, ECCLA, Narbonne Environnement et sa section botanique IRIS) ainsi que des collectivités territoriales de l’ouest audois et de nombreux élus.
  • A signaler que, parmi les conseils municipaux concernés qui doivent donner leur avis de préférence durant l’enquête publique, seuls Montredon des Corbières, Bizanet et Peyriac de mer l’ont fait (2 avis favorables et un avec réserves).

Malgré le nombre et la qualité des opposants et de leur argumentaire, le Commissaire enquêteur a donné un avis favorable avec plusieurs réserves : l’une d’elle prévoit la diminution des tonnages autorisés annuellement à Lambert dès que le second centre de l’Aude sera opérationnel. ECCLA apprécie d’avoir été partiellement entendue… sauf que la mise en oeuvre de cette réserve exige qu’elle soit inscrite en toutes lettres dans l’arrêté préfectoral d’autorisation de l’extension de Lambert. ECCLA y veillera.

L’extension de Lambert et le futur plan départemental de prévention et de gestion des déchets

ECCLA a été plus que surprise de lire dans le rapport du commissaire enquêteur que SITA considère qu’elle n’a pas à tenir compte du plan à venir. Pire, elle déclare que le plan devra se plier à ses exigences en termes de tonnages autorisés et d’ailleurs, pas seulement ce plan, mais aussi le suivant après 2026 (car l’autorisation est demandée pour 170.000 tonnes sur 20 ans).

Extrait de la déclaration de SITA SUD reprise par le commissaire enquêteur :

” TOUT d’abord le projet Lambert 4, avec les capacités de stockage qui ont été définies par SITA SUD, devra impérativement être retenu par le projet de plan…. “

C’est donc une entreprise privée qui impose ses exigences aux élus du département, avec l’aval de la DREAL qui a aidé à accélérer le dossier. ECCLA, membre de la commission consultative d’élaboration et de suivi du plan, dénonce régulièrement cette situation inacceptable qui met à mal la démocratie.

Les déchets au cœur des municipales

Le conseil municipal de Narbonne a déjà délibéré par deux fois en faveur de ce projet (25/03/2010, 21/09/2012) qui prévoit d’enfouir 3,5 millions de tonnes de déchets en 20 ans dans le massif de Monplaisir, à proximité de zones habitées et à la porte du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée.

La lecture attentive de toutes les remarques du le rapport met en évidence une idée qui semble faire consensus : réserver ce centre aux déchets du grand Narbonne, ce qui induit l’arrêt des importations des départements voisins et du reste de l’Aude.

Les municipales approchent, période propice pour les élus pour être à l’écoute des citoyens.

jeudi 16 mai 2013

Contacts : Jean Luc Thibault : 04 68 41 26 79

Maryse Arditi : 06 78 79 39 70

Menu