Les Narbonnais savent maintenant ce que signifie un camion de nitrate d’ammonium : une bombe roulante. La presse s’est fait l’écho de toutes les précautions prises pour vider le camion de son contenu et pour le relever après évacuation des populations proches, heureusement peu nombreuses.Le nitrate d’ammonium, c’est le responsable de l’accident d’AZF. Avec du gazole : explosion garantie ! Et du gazole, il y en a plein dans un camion. Plusieurs questions se posent :

  • D’où venait ce camion ? : du Béarn où la société Yara, une multinationale spécialisée dans la production de nitrates d’ammonium, matière qui peut servir à la fois pour l’agriculture comme engrais et comme explosif dans le milieu industriel.
  • Où allait-il ? Quelque part vers Marseille, semble-t-il à St Martin de Crau.
  • Pourquoi un chargement aussi dangereux n’est-il pas sur rail ? ECCLA tient à rappeler que la SNCF a fermé près de 230 gares qui desservaient du fret en wagon isolé. Depuis beaucoup plus de camions y compris de matières dangereuses se sont retrouvés sur les routes. Dans ce cas précis, on ne peut évoquer une distance trop faible. Il faut arrêter de détruire le fret ferroviaire.
  • D’où viennent les 30.000 tonnes exportées par Port La Nouvelle ? De la même entreprise Yara installée à Pardies dans le Béarn à 70 km du port de Bayonne, lequel port refuse obstinément à ce jour d’accueillir une matière aussi dangereuse. Il n’est pas le seul. Après AZF, de nombreux ports ont refusé de poursuivre l’exportation de nitrate d’ammonium. Ceux qui ont accepté comme Port La Nouvelle ont vu leurs exportations croître année après année. Dans ce cas, il s’agit de trains entiers car pour remplir un bateau, il faut 2 trains … et de multiples précautions car il ne peut y avoir de stockage dans le port. Les trains stationnent donc à la gare de Port La Nouvelle en attendant le chargement des bateaux. Cette exportation devrait ralentir fortement en janvier 2012 car le Préfet des Pyrénées en a donné l’autorisation, mais l’opposition locale ne désarme pas.

Pour ECCLA, faire parcourir plusieurs centaines de kilomètres à des matières explosives est une aberration qui accroît les risques pour tous. Un CLIC de Port La Nouvelle doit avoir lieu le 15 décembre. ECCLA posera la question du nitrate d’ammonium.

Fait à Narbonne, le 09/12/11

Maryse Arditi
Présidente d’ECCLA

Contact : 04 68 41 26 79
06 79 78 39 70

Menu