Les demandes d’ECCLA

Risques industriels
Comurhex : le Président du Conseil Général a répondu à notre demande pour constituer officiellement la CLI. Il était temps car les déchets faiblement radioactifs vont bien être stocker définitivement sur site.
Port la Nouvelle : s’assurer que le stockage d’hydrocarbures en plein centre ville ferme bien comme convenu à la fin 2012
Lafarge : demande de création d’une CLIS autour de la cimenterie Lafarge car plus de la moitié des combustibles brûlés sont des déchets
Ateliers d’Occitanie : demande de création d’une CSS (commission de suivi de site). Cet outil permet d’ouvrir l’information aux riverains autour d’une entreprise qui pose quelques problèmes environnementaux, ce qui est le cas ici.
Gestion des déchets : la situation est sérieuse
Le centre d’enfouissement de Lambert va bientôt être plein car il importe un maximum de déchets des départements voisins. Il se prépare à une extension lui permettant d’importer encore plus de déchets. Le projet de centre de l’ouest audois est à l’arrêt. Le plan départemental est annulé. Nous demandons

une gestion commune et globale de ces problèmes
la création d’un second centre dans l’ouest audois
la diminution importante de la capacité d’enfouissement à Lambert à 100.000 tonnes par an afin que les efforts des narbonnais pour réduire leurs déchets permettent d’allonger la durée de vie du CET Lambert
Inondations
Certains PPRI demandent une révision car il autorisent des constructions en zone inondable s’il y a remblaiement
Dans le cadre de la directive inondations, Narbonne est dans un territoire à risques inondations TRI) de priorité 2 et seule Narbonne est concernée. ECCLA est intervenue pour préciser qu’il fallait un périmètre bien plus large (incluant au minimum la basse plaine) et une priorité 1. Le Préfet de l’Aude peut-il renforcer dans ce sens.
Loi Littoral et son application :
L’Aude est un département qui possède une importante partie de son territoire en front de mer. La pression urbanistique et l’accroissement de la population y sont très importantes. Il est nécessaire de faire preuve d’une grande vigilance (notamment sur les demandes de permis de construire et les dérogations) et d’une grande fermeté car les détournements ou la non application de la Loi Littoral deviennent de plus en plus nombreux entraînant une réelle disparition d’espaces naturels notamment de zones humides ou sur des sites classés Natura 2000. Nous demandons que l’Etat cartographie les espaces naturels remarquables (article L146-6 du Code l’Urbanisme). Par ailleurs, nous souhaitons que les coupures d’urbanisation entrent dans cette catégorie.

Natura 2000 et les espaces naturels sensibles :
Une grande partie des territoires audois sont classés en zone Natura 2000 (34 sites à ce jour), et bénéficient également de nombreuses protections (ZICO, ZNIEFF, ZPS, etc.). Certains sont des sites classés ou inscrits. Ils sont soumis à évaluation d’incidence. Des DOCOB et des chartes ont été élaborés pour chacun d’eux. Malgré cela, les DOCOB ont du mal à se mettre en place et de nombreux écarts sont constatés. Des modifications de contours ont même été demandés.

Il est également constaté une importante circulation motorisée (4×4, quads, motos) dans les espaces naturels qui entraîne une lourde dégradation faunistique et floristique.

Sur le littoral, le problème de la circulation motorisée sur les plages est récurrent. Il est important de mettre en place une gestion rapide et efficace, notamment par des parkings permettant de gérer et de limiter le flux des stationnement anarchiques et également par des contrôles réguliers.

Commissions départementales et agrément
ECCLA postule pour un poste de titulaire à la fois au CODERST et à la commission des sites lors de la prochaine modification de ces commissions
Le fonctionnement de la commission des sites paraît anormal car les dossiers ne sont pas envoyés avant la réunion.
A qui s’adresser pour obtenir le dossier pour la demande d’agrément ?
Et pour la demande de représentativité (combien faut-il d’adhérents dans l’Aude)?

Menu