Non, nous ne voulons pas parler de la Chine ou de l’incendie SBM à Béziers, mais bien des risques industriels dans le Narbonnais.

Une suite d’AZF :

Après la catastrophe d’AZF à Toulouse en septembre 2001 qui a fortement marqué les Français, le Ministère Cochet a préparé une loi sur les risques, qui n’a finalement été adoptée que le 30 juillet 2003, devenant ainsi la loi Bachelot. Puis, avec la lenteur administrative habituelle, les décrets d’application n’ont été publiés qu’en 2005 : le 1er février pour la création des CLICs (Comité Local d’Information et de Concertation) et le 7 septembre pour les PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques).

Dans le Narbonnais :

Et l’on vient d’avoir les premières réunions d’installation de ces CLICs. D’abord à Port La Nouvelle le mardi 15 novembre pour les 5 sites SEVESO (Antargaz, BP France, DPPLN/Dyneff, Onivins et Total) ; puis le mardi 22 pour EDN à Sallèles d’Aude (Entrepôts du Narbonnais qui stockent plus de 1200 tonnes de produits phytosanitaires) et vendredi 25 pour Comurhex à Narbonne. Lors de cette dernière réunion a été acté le lancement du PPRT, qui est affecté de la priorité n°1, Port La Nouvelle étant n°2 et EDN (ainsi que Titanite à Cuxac Cabardès) n°3.

ECCLA ne peut que se féliciter de ces efforts de transparence de la part de l’Etat et des industriels. Rappelons d’ailleurs que cela fait de longues années que nous réclamons ce genre d’informations. Nous avions obtenu la réunion d’une CLI à Port La Nouvelle en septembre 1992, mais ce fut sans lendemain. À Comurhex, c’est un CLES (Comité Local d’Environnement et de Surveillance) qui fut mis en place dès février 1993, sans caractère officiel et à la bonne volonté de l’industriel. De même, les Ciments Lafarge ont institué des ” rencontres ” biannuelles depuis mars 2000.

Encore un effort :

Cependant, nous restons un peu sur notre faim après ces premières réunions. Que souhaitons-nous de plus ? D’abord, un peu moins de ” formalisme ” de la part de l’administration. Ensuite, la participation effective de tous les industriels des sites, même s’ils ne sont pas ” SEVESO “. C’est le cas pour Lafarge et les Silos à Port La Nouvelle, pour SLMC à Malvesi ou pour Audecoop, Carayon et Vitaflor à Sallèles d’Aude.

Egalement, une participation effective des salariés qui est expressément prévue par la loi et ses décrets ; au CLIC de Béziers le 19 octobre, elle s’est révélée tout à fait pertinente.

Ensuite, qu’au-delà des risques ” accidentels “, on n’oublie pas les risques ” chroniques “ liés aux rejets liquides ou gazeux qui peuvent affecter tant la santé que l’environnement.

Enfin, et c’est essentiel, il y a l’information ; Nous regrettons vivement l’usage systématique des présentations souvent rapides par ”  power-point “. L’on ressort de ces réunions sans le moindre document écrit, sans les chiffres, qu’on pourrait étudier et comparer à tête reposée. Et, bien sûr, nous regrettons l’absence de la presse locale, visiblement non invitée.

Narbonne, le 29 octobre 2005

Contact : 04 68 41 75 78

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu