Un poids lourd plein de GPL a explosé au beau milieu de la nuit sur le port de Port La Nouvelle. L’incendie s’est communiqué à 6 autres camions stockés à proximité. Il n’y a heureusement pas de victimes, vu l’heure, mais une telle explosion, en plein milieu de la nuit, alors que le véhicule est garé, soulève de nombreuses questions dont celle-ci comment s’est déclenché l’incendie qui a précédé l’explosion ?

Ce grave accident n’est le fait d’aucune des installations les plus dangereuses classées SEVESO seuil haut de cette ville. Ce n’est même pas le fait d’une usine soumise à une quelconque autorisation. L’usine concernée relève d’une simple déclaration. Mais la proximité avec les usines SEVESO demande une analyse approfondie. La dernière réunion du comité local d’information et de concertation (CLIC) du site de Port la Nouvelle date du 3 décembre 2009.ECCLA considère indispensable de faire rapidement une nouvelle réunion.

Par ailleurs, suite aux tables rondes sur le risque industriel de 2009 , les diverses commissions locales de concertation autour des suites à risques vont pouvoir évoluer en intégrant les usines proches, même si elles ne sont pas SEVESO afin de tenir compte des éventuels effets de domino. Quand les décrets seront parus, il sera judicieux de revoir les usines à intégrer dans le périmètre du CLIC de Port La Nouvelle.

Cet accident met en évidence une faille réelle de la législation. Les usines dangereuses sont nettement mieux contrôlées que ces bombes roulantes qui circulent à travers toute la France transportant des produits toxiques, inflammables ou explosifs. Et la situation risque de s’aggraver avec le désengagement de la SNCF qui abandonne le fret pour wagons isolés, mettant ainsi sur la route encore plus de produits dangereux. Sortir les produits dangereux de la route pour les mettre sur le rail est un élément essentiel de la sécurité industrielle.

Maryse Arditi

contact : 06 78 79 39 70

Narbonne le 29/07/10

Menu