Revoici l’annuelle semaine du développement durable. Outre qu’ECCLA n’apprécie guère ce terme qui est, il est vrai, entré dans tous les discours – du Ministère aux Mairies – si ce n’est encore dans les faits, il est évident pour nous que c’est toute l’année qu’il convient de s’occuper de notre planète et de maîtriser notre développement si peu durable. Mais nous voulons saisir l’occasion de faire un petit bilan de l’année écoulée, des progrès réalisés, des obstacles encore à surmonter.

  1. Du côté des déchets, les sacs plastiques jetables et gratuits semblent vivre leurs derniers jours, malgré l’offensive rétrograde du ” neo-sac ” pseudo dégradable. Alors vivent les sacs et cabas réutilisables.

 

Plusieurs communautés de communes s’orientent vers la promotion du compostage individuel, peut-être un premier pas vers le compostage collectif de la fraction fermentescible collectée sélectivement.

Après celles de Castelnaudary, les boues des stations d’épuration de Narbonne et de Carcassonne sont aussi valorisées en compost, qui sera précieux pour les sols audois.

D’anciennes décharges (Cuxac d’Aude, Saint Ferriol, etc) commencent à être réhabilitées. Mais, l’indispensable Centre d’Enfouissement Technique de l’ouest audois n’est toujours pas sur la bonne voie et le choix imposé du site de Lassac ne laisse rien présager de favorable. Et on attend toujours la facturation au poids de déchets produits.

 

  • En ce qui concerne les étangs du littoral, ECCLA se réjouit de la signature du contrat d’étangs le 1er avril dernier, qui devrait permettre en particulier l’accélération de la réalisation des stations d’épuration des bassins versants. Mais nous ne pouvons cacher nos inquiétudes pour l’avenir si rien n’est fait pour déplacer les usines à risques de Port La Nouvelle (ce à quoi le gérant de la SOFT se dit prêt). Ces inquiétudes sont encore renforcées par l’absence d’informations de la part de la Préfecture : 4 mois après la découverte des premiers cadavres de flamants roses (environ 70 retrouvés), on ne connaît toujours rien de précis sur les causes de cette mortalité ; les analyses prennent du temps, mais quand même !

 

Par ailleurs, nous sommes préoccupés par le devenir des nombreux terrains des Salins du Midi, dont on sait qu’ils sont proposés à la vente. Il faudra naturellement les préserver de toute urbanisation et les laisser ouverts aux ornithologues et autres observateurs admirateurs de l’avifaune.

 

  • Du côté des paysages, ECCLA a noté avec satisfaction la disparition d’un certain nombre de panneaux publicitaires déplaisants dans les massifs de La Clape et de Fontfroide, grâce aux actions des administrations. Mais, il reste beaucoup à faire avec encore plusieurs centaines de panneaux illégaux.
  • Enfin, en ce qui concerne l’énergie, ECCLA apprécie l’excellent travail réalisé par les 2 Espaces Info Energie du département, au PNR de la Narbonnaise et au CAUE de l’Aude.

 

En revanche, nous ne sommes pas vraiment rassurés sur l’avenir de l’énergie éolienne : si le Sénat (grâce en particulier à nos 2 sénateurs audois et à la mobilisation de centaines d’élus du département) a réussi à contrer début mai les amendements anti-éoliens de quelques députés très pro-nucléaires, la ” commission mixte paritaire ” devra bientôt arbitrer entre les 2 textes et ce n’est pas encore gagné.

Dans l’Aude, la production électrique éolienne a dépassé en 2004 les 246 millions de kWh (soit près de 15% de la consommation électrique totale du département), mais aucun nouveau parc n’a été mis en service depuis plus de 2 ans (Névian en mars 2003). Quand ce ne sont pas la Diren ou le Préfet qui bloquent les permis de construire, c’est le Tribunal Administratif qui vient les annuler sur les recours des associations anti-éoliennes toujours richement dotées (par qui, peut-on se demander…). Heureusement, la Cour d’Administrative d’Appel vient parfois rétablir les choses, comme récemment pour le parc de Fitou 2.

 

Les ressources de notre planète sont limitées et, même si le développement dit durable progresse dans divers domaines, il reste bien des efforts à faire et bien des freins dans les têtes, dans les intérêts, dans les comportements.

Narbonne, le 28 mai 2005

Contact : 04 68 41 75 78

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu