06/04 : Projet TDN AREVA, diaporama d’ECCLA projeté lors de la réunion

Vous trouverez ci-dessous les diapos qui ont été projetées par ECCLA lors de la réunion du 6 avril à la mairie de Narbonne sur le projet d’ AREVA de traitement des déchets contenus dans les bassins d’évaporation précédé d’un court texte d’introduction pour en faciliter la lecture.

Comme notre association est attentive à ce qui se passe dans cette usine depuis plus de 20 ans, il n’était pas question pour nous de nous intéresser seulement à ce dernier projet, THOR, en oubliant tout le reste de l’usine qui pollue depuis plus de 50 ans. Par ailleurs, depuis l’accident de 2004/2006, ECCLA réclame avec insistance que les déchets liquides qui s’étalent sur 20 ha de bassins dans la plaine soient traités car le risque d’une pluie centennale qui ferait tout déborder est omniprésent. Rappelons que l’usine produit des déchets sous forme de boues, que ceux-ci sont envoyés dans des bassins de décantation et que l’eau surnageant, avec tous les produits solubles dans l’eau, est ensuite envoyée dans ces bassins d’évaporation. C’est ceux-là qu’il s’agit de traiter sachant que la plus grande part des déchets contenus dans les bassins de décantation sont aujourd’hui enfouis sur place et traités comme une installation nucléaire de base.

Certaines de ces diapos peuvent donner l’impression qu’ ECCLA défend le procédé THOR proposé par AREVA. Ce n’est pas le cas puisque nous avons d’emblée demandé au préfet la recherche d’une solution alternative. Cependant, le monde industriel, ce n’est pas le pays des bisounours ; les chiffres que nous donnons sur sa réalité sont peu connus du public qui peine à se les représenter que ce soit les rejets de l’usine dans son ensemble, une cimenterie, un incinérateur, une centrale électrique à charbon… Du coup, nous avons comparé ces chiffres avec ceux du procédé qu’AREVA veut mettre en œuvre et, parfois, le reste du monde industriel parait encore plus menaçant que THOR. Quelle que soit la solution retenue pour le traitement des effluents, nous demandons que tout soit fait, à Malvési, pour réduire encore et toujours les rejets dans l’air et dans l’eau.

Si cette lecture vous pose des questions, merci de les envoyer à ECCLA. Nous y répondrons et nous mettrons les questions avec les réponses sur le site.

TDN Narbonne