Nous vous adressons la lettre ainsi que le dossier qu’ECCLA a envoyé il y a quinze jours aux Services de l’Etat, notamment au Préfet de l’Aude. Ce courrier est, à ce jour, resté sans réponse.

Au moment où on envisage de faire de nouvelles lois pour protéger l’environnement, notre association ne peut que les considérer que comme dérisoires quand l’Etat est incapable de faire respecter les lois existantes et en ce cas précis la Loi Littoral.

Narbonne le 03 juin 2008

Menu